Archives de l’association

Retrouvez ici des extraits des articles publiés dans la Revue du pays d’Estrées, ou dans l’Almanach de l’Oise.

Utilisation des portes charretières

Bien entendu, pour faciliter le stockage des céréales, il fallait se ménager la possibilité de rentrer les voitures lourdement chargées à l’intérieur de la ferme, ce qui obligeait à pratiquer un passage suffisamment grand dans le mur sur rue de la grange. D’une largeur dépassant parfois les trois mètres et d’une hauteur allant jusqu’à quatre mètres (et plus), ce passage permettait aux charretées de pénétrer sans trop de problèmes dans la cour pour être vidées de leur contenu en alternance avec la travée proche de la voirie.

En cas de nécessité, le fermier pouvait y loger une voiture pleine qu’il n’avait pas eu le temps de décharger. Tributaire du temps, la moisson se faisait dans l’urgence. Tous les bras et tous les moyens disponibles étaient mobilisés pour rentrer les récoltes dans les délais les plus restreints par crainte de la pluie ou de l’orage et son accompagnement de grêle.

A la morte saison, l’entrée se transformait en charreterie pour parquer l’encombrante voiture (ou autre matériel) à l’abri. Au-dessus, des ch’naillères (ou chénaillères), perches non équarries de bonne longueur, servaient à supporter le foin ou des bottes de haricots (Voir encadré ci-contre).

Durant les mois d’activités agricoles (l’essentiel de l’année), les battants étaient laissés ouverts en journée et uniquement refermés le soir. La nuit, les personnes et les biens étaient en relative sécurité. Seule une porte piétonne, ch’potuis, intégrée à la grande porte ou, plus fréquemment, placée à côté dans le mur, offrait la possibilité aux personnes à pied d’entrer et de sortir à leur guise.

Par la suite, l’un des deux vantaux fut muni d’un héquet appelée aussi en picard ézé, barrière ou porte à claire-voie à hauteur d’appui, qui empêchait les enfants en bas âge ou à la volaille de se sauver dans la rue. Une cloche à tirette était à la disposition du visiteur pour signaler son arrivée au maître des lieux et à ses chiens de garde.

On voit que les entrées charretières répondaient à des critères utilitaires, elles pouvaient aussi obéir à des critères moins pratiques et plus ostentatoires. Elles étaient aussi une représentation de l’aisance du propriétaire, un signe ostensible de richesse comme l’a été, en son temps, l’automobile ou, aujourd’hui, la possession d’une piscine. Les paysans, qu’on représentait habituellement comme cachottiers et près de leurs sous, n’hésitaient pas à montrer leur réussite au travers de bâtisses imposantes et majestueuses. Par définition, l’entrée était le premier élément vu par le visiteur : il fallait se montrer à la hauteur de sa réputation !

(Extrait de l’article Portes charretières dans le pays d’Estrées, La Revue du pays d’Estrées n° 41)

L’étoile bleue du jardin
Oise.Avec ses petites fleurs bleues en forme d’étoile, renversées vers le sol, et ses feuilles aux poils raides et piquants, la bourrache (Borrago officinalis), d’une hauteur d’environ 30 centimètres, est du plus bel effet dans un potager campagnard. Elle se cultive facilement, se multipliant d’elle-même, sans intervention du jardinier. Un dicton prétend que : « Là où elle s’est installée, on ne la fait plus partir. »

Avec ses petites fleurs bleues en forme d’étoile, renversées vers le sol, et ses feuilles aux poils raides et piquants, la bourrache (Borrago officinalis), d’une hauteur d’environ 30 centimètres, est du plus bel effet dans un potager campagnard. Elle se cultive facilement, se multipliant d’elle-même, sans intervention du jardinier. Un dicton prétend que : « Là où elle s’est installée, on ne la fait plus partir. »

Dans notre région, elle peut se trouver à l’état naturel. Dans sa Flore départementale, Louis Graves note : « La bourrache croît dans les décombres, au voisinage des lieux habités ; elle n’est abondante nulle part et provient évidemment d’anciennes cultures. » En effet, cette plante de la famille des borraginées, était cultivée dans les jardins médiévaux d’où, avec le temps, elle s’était probablement échappée. Inconnue des hommes de l’Antiquité, elle semble originaire de la Syrie. Les Arabes l’ont répandue en Europe méridionale et en Espagne. Certains auteurs affirment que les Croisés l’auraient ramenée de Damas. Elle s’est vite acclimatée en remontant vers le Nord de l’Europe.

Cette plante possède une racine pivotante qui ressemble à une longue carotte blanche avec des ramifications et des tiges charnues, trapues et creuses qui sont recouvertes d’une forte pilosité. Au centre de la fleur étoilée, les étamines portent en leur sommet des anthères noires qui sont étroitement accolées en forme de cône.

La bourrache vient sur tous les terrains mais elle a une préférence pour les terres fraîchement travaillées, légères et riches en cendres. Longtemps considérée comme une mauvaise herbe, elle commence à retrouver la place qu’elle mérite. Elle a une influence favorable sur les choux et les choux-raves en éloignant les limaces et les chenilles de la piéride. Dans notre potager, nous avons toujours des pieds de bourrache à proximité des plants de courges, des fraisiers et des arbres fruitiers en espaliers pour favoriser leur pollinisation. Après un premier semis au printemps, elle se multiplie facilement d’une année sur l’autre, avec l’aide des oiseaux et des fourmis, jusqu’à parfois devenir un peu envahissante. Au printemps suivant, il suffit alors de l’éliminer à l’aide d’une binette. Attention pour les plants oubliés de plus grande taille : prenez une paire de gants, les tiges sont piquantes.

Cette plante mellifère de tout premier ordre est présente dès la fin des fortes gelées jusqu’à l’apparition des premiers grands froids. Sa longue floraison échelonnée fournit de la nourriture aux insectes butineurs. Ses graines riches en lipides sont très appréciées par les insectes et les oiseaux gourmands : la fourmi fait des réserves de graines de bourrache et les passereaux, comme les verdiers, en sont particulièrement friands.

(Extrait de l’article La bourrache, étoile bleue du jardin de Maryse Delafollie, La Revue du pays d’Estrées n° 55)

La fontaine
Oise. La fontaine.

C’est le mot qui était usuellement utilisé pour nommer une source. Il vient de l’ancien français font (11e s.), du latin fons, fontis « source ». On retrouve « fontaine », seul en en composé, dans de nombreux noms de localité : Fontaine-Bonneleau, Hautefontaine, Mortefontaine, etc.

Avant les travaux d’adduction d’eau, qui ne seront terminés qu’après la Seconde Guerre mondiale dans la plupart des communes, il fallait, pour la consommation courante des humains et du cheptel, se procurer l’eau aux sources et aux puits. Ce toponyme est donc très répandu. Certaines fontaines étaient considérées comme miraculeuses (Voir encadré). Beaucoup de fontaines ont disparu, d’autres ont été captées. Certaines de ces sources servaient à la production de cresson dit « cresson de fontaine ». À Houdancourt, un cressiculteur poursuit cette activité.

Les fontaines étaient désignées de manière très diverse. On pouvait l’attribuer à un saint mais, le plus souvent, le nom indiquait la qualité ou la température de l’eau qui en sortait.

La Fontaine (Canly, Francières, Houdancourt, Longueil-Sainte-Marie), Fontaine du Buté, Fontaine d’Orcamps, Fontaine de Courcelle, Fontaine Trinquette, Fontaine Froide (Catenoy), La Fontaine Blanche (Chevrières), La Fontaine Veron (Grandfresnoy), Les Trois Fontaines (Jaux), Fontaine Saint-Pierre (Jaux), Fontaine des Raseaux (Jaux) , La Fontaine Gellée (Jonquières), La Fontaine Claude, La fontaine Boulant (Labruyère), La Fontaine Biat, La Fontaine de Fer (Longueil-Sainte-Marie), La Fontaine Venus (Moyvillers), Fontaine Sainte-Geneviève, La Fontaine de Jean Legeai (Remy), Fontaine Berneuse, Fontaine Le Conte (Sacy-le-Grand), Fontaine Froide (Saint-Martin-Longueau), etc.

(Extrait de l’article de L’eau dans les noms des communes et des lieudits du pays d’Estrées-Saint-Denis et confins (deuxième partie), Pascal Lenoir, La Revue du pays d’Estrées n° 66)

La choule
Oise. La Choule

Choule de Remy le 9 Mars 1947

La choule ne se pratiquait pas sur un stade comme un banal sport mais dans les champs ainsi que dans les rues et sur les places de la ville ou du village. Deux équipes s’affrontaient. Les jeunes et les moins jeunes se disputaient la possession du choulet (ou esteuf) sorte de ballon de cuir rempli de foin et de son de fabrication locale, en forme de poire, orné de pompons et de rubans. Pour remporter la partie, ils devaient envoyer le choulet en un point précis. Suivant le lieu, la victoire se manifestait sous une forme différente : en expédiant le choulet par-dessus le toit d’une maison désignée à l’avance, en crevant un papier tendu sur un anneau ou même, comme à Boulogne-la-Grasse, en le lançant dans une mare.

Ce jeu viril a connu de multiples variantes : les hommes mariés contre les célibataires, les habitants d’un quartier contre ceux d’un autre quartier ou encore d’un village contre ceux du village voisin (ou des villages voisins). Le coup d’envoi était donné soit par le maire, soit par la dernière jeune fille mariée. Une fois le choulet lancé, les participants s’opposaient dans les rues du bourg, les chemins creux, les prés et les champs voisins sans règles bien précises. Tout, ou presque, était permis : les participants pouvaient user de leurs mains et de leurs pieds pour s’emparer, conserver et taper dans la petite balle. La partie pouvait être très brève si un participant s’emparait tout de suite et par surprise du choulet. Elle pouvait aussi durer fort longtemps et ne s’arrêter qu’après épuisement des deux camps. Parfois, si aucun des camps ne prenait l’avantage, l’affrontement était remis au dimanche suivant. On voit que le rugby, rejeton anglais tardif, policé et minuté, est très éloigné de la choule dans la forme comme dans l’esprit.

En principe, seuls les hommes choulaient. Mais, dans le feu de l’action, il arrivait que les femmes et les jeunes filles, voire les enfants, se jettent dans la bataille pour secourir leurs maris, leurs fiancés ou leurs pères en difficulté. Ne doutons pas que ces personnes du sexe prétendu faible apportaient un précieux et coriace renfort : la mêlée devenait générale !

(Extrait de l’article La choule de Pascal Lenoir, La Revue du pays d’Estrées n° 70)

Une église singulière
Oise. Une église singulière

À Ressons-l’Abbaye, une curieuse église sans clocher, dédiée à Notre-Dame, dresse sa haute silhouette solitaire lorsqu’on se rend de Beauvais à Méru. Sa façade monumentale dite « de style jésuite » apparaît insolite dans une région où presque tous les édifices religieux remontent au Moyen Âge ou à la Renaissance. Ressons était le siège d’une abbaye royale de Prémontrés, fondée au XIIe siècle, par un sire d’Aumont. Douze moines s’installèrent à l’initiative de l’abbé Saint-Jean d’Amiens. Elle disparut dans la tourmente de la Révolution.

Cet établissement n’a pas laissé d’autres vestiges que cette remarquable église construite entre 1705 et 1715 sur l’emplacement d’une ancienne abbatiale. En 1730, elle subit les dommages d’un terrible ouragan. Le chœur a été démoli au début du XIXe siècle. L’église fut restaurée une première fois en 1922. N’étant plus desservie, comme beaucoup d’autres lieux de culte catholique, elle resta longtemps à l’abandon, se détériorant progressivement avant que de nouveaux travaux ne viennent lui redonner vie.

L’église Notre-Dame de Ressons est classée Monument historique par arrêté du 21 octobre 1994. La façade en pierres qui donne toute son originalité à l’édifice se prolonge d’une nef de trois travées en briques, étayé de contreforts en pierre (renforcés en briques). Le chevet présente une série de pierres en attente qui atteste de la présence, autrefois, d’une abside ou chœur. Une légende locale affirme qu’un souterrain relierait cette église à celle de la paroisse voisine du Déluge…

Photo M.Delafollie

(Extrait de l’Almanach de l’Oise 2014)

La Queusse et la Gueuse
La Queusse et la Gueuse

Le bon géant de Rabelais a laissé ses traces dans beaucoup de lieux. En passant dans le Valois, on raconte qu’il posa un pied sur la butte de Dammartin-en-Goële et l’autre sur le Montauban (à Senlis). En marchant, il laissa tomber sa queusse, queusse étant le mot d’ancien français qui désigne la pierre à aiguiser. À Borest, entre Senlis et Nanteuil-le-Haudouin, la population lui attribuait ce mégalithe, classé « Monument Historique » en 1944). La Queusse de Gargantua est un grès de trois mètres de haut en bordure de route, non loin du cimetière. Certains affirmaient que Gargantua, dans sa hâte, avait laissé tomber une autre pierre, couchée près de la première, la « gueuse », c’est-à-dire sa femme.

Une autre pierre remarquable, la Haute Borne, se situait sur le chemin de Borest à Barbery.

(Extrait de l’Almanach de l’Oise 2014)

Le tremblement de terre de 1756
Le tremblement de terre de 1756

Les habitants de l’Oise pensent généralement que les tremblements de terre épargnent leur département. Il n’en est rien. Depuis la fin du 16e siècle, une trentaine de séismes, de plus ou moins grande importance, ont secoué l’Oise dont une bonne moitié avait leur épicentre dans notre département.

Le plus connu et le plus fort est celui de 1756. Pour être plus précis, il faudrait parler d’« essaim » de tremblements de terre. En effet, à partir de février, une série de secousses se produisit. Elles se prolongèrent jusqu’au mois de mai avec une période de plus grande intensité le 30 avril. Ce dernier séisme, le plus violent, toucha la région nord-ouest de l’actuel département de l’Oise comprise entre les villes de Saint-Just-en-Chaussée, Breteuil et Montdidier mais il fut ressenti bien au-delà dans les pays qui constituent aujourd’hui la Somme, l’Aisne, la Marne, la Seine-et-Marne, le Pas-de-Calais et les départements de la région parisienne.

L’épicentre de cette secousse semble avoir été situé entre Saint-Just et Breteuil. Son intensité a été estimée au degré VI de l’échelle MSK, élaborée en 1964 par les sismologues Medvedev, Sponheuer et Karnik et qui comporte 12 degrés. Ce système de mesure indique l’intensité d’une secousse à partir des effets sur les hommes et les bâtiments alors que l’échelle de magnitude ou échelle de Richter, plus connue, quantifie l’amplitude des mouvements du sol d’après l’enregistrement obtenu sur un sismographe.

Divers témoignages locaux ainsi que les registres paroissiaux nous renseignent sur les dégâts produits par ces séismes qui, on s’en doute, frappèrent les esprits. Certaines sources affirment qu’à Breteuil, des cheminées et des maisons s’écroulèrent alors que d’autres sources ne parlent que de dommages mineurs. Dans son Histoire de Breteuil (1821), Pierre Mouret raconte : « On éprouva dans le courant d’un mois plusieurs secousses très sensibles à Breteuil et à Ébeillaux. On se sentait un peu bercé, on entendait le cliquetis de vaisselles sur les potières, mais du reste aucun événement n’est arrivé… L’épouvante des habitants de Breteuil a été si grande qu’une partie couchait dans les champs et jardin. »

Par contre, si l’on en croit le registre paroissial du lieu, le château de Wavignies ainsi que ceux de Bois-Renault et du Plessier-Saint-Just furent « ébranlés et lézardés ». Ce document ajoute que le chœur de l’église fut « ébranlé et le haut de la cheminée du fourny du presbitaire est tombé ». D’autres édifices religieux connurent quelques désagréments. Aujourd’hui encore, les réparations des fissures et lézardes occasionnées par ce tremblement de terre demeurent toujours visibles sur certaines églises comme celles de Maimbeville ou de La Neuville-Roy.

Le curé de Bonvillers, l’abbé Delarche, décrit dans son journal les effets du séisme sur la population : « Chacun se sauva des maisons qui étaient agitées d’une manière épouvantable ; on aurait dit qu’elles allaient être renversées ; la terre faisait des bondissements sous les pieds comme si elle eût été prête à s’entrouvrir. On entendait chacun pousser dans les rues des cris et des hurlements affreux dans l’appréhension de la mort. Il ne se passa pas de jour qu’on entendit des secousses, tantôt plus fréquentes, tantôt moins fréquentes, tantôt plus violentes, tantôt moins violentes »

Les habitants des campagnes effrayés et leurs curés crurent voir dans ces séismes une punition divine. Des processions furent organisées. […]

(Extrait de l’Almanach de l’Oise 2016)

Valentin Conrart, premier secrétaire de l’Académie française, au château de Jonquières
Le château de Jonquières

Valentin Conrart (1603-1675), est un homme de lettres français, initiateur du projet de l’Académie française dont il fut le premier secrétaire. Beau-frère de Jean de Dompierre, il effectue entre 1632 et 1673 plusieurs séjours au château de Jonquières. Ce château est occupé, dès 1524, par les seigneurs de Dompierre.

Conrart a assuré une correspondance imposante avec les gens de lettres de l’époque dont Guez de Balzac (écrivain et épistolier), de Boisrobert (poète et dramaturge), Chapelain (critique littéraire), Péllisson (historiographe de Louis XIV), Rivet (théologien), Tallemant des Réaux, (écrivain)…

À partir de ces échanges épistolaires, nous avons tenté de reconstituer son parcours et ses déplacements en Picardie.

Jean-Marie Gillardin – La Revue du pays d’Estrées, N°62 – avril 2017

(Photo Francis Lepage)

Signature de Valentin Conrart

Lettres de M. de Balzac à M. Conrart

La revue du pays d’Estrées – juillet 2015 – n°55

Le bassin supérieur de la source

Photo Jean-Marie Gillardin

Les bassins de rétention

Photo Jean-Marie Gillardin

La goulotte d’arrivée d’eau

Photo Jean-Marie Gillardin

L’œil de la source

Photo Jean-Marie Gillardin

Photo Jean-Marie Gillardin

La suette picarde : une maladie mystérieuse
La Revue du pays d’Estrées – juillet 2014 – n°51

Une épidémie, parfois liée au choléra, connue sous le nom de « suette picarde », a été suivie par les plus grands médecins des 18e et 19e siècles. Ce qui intrigue, c’est sa soudaineté, sa résurgence et sa localisation. Les saignées, les purges et autres lavements sont à la base du traitement, identique à celui d’autres pandémies, durant cette période. Evidement on y associe des recettes et des médications issues d’une pharmacopée des règnes minéral, animal ou végétal. Souvent bénigne, elle a une issue favorable en quelques jours. Cependant, l’éradication de la maladie a été compliquée par des conditions de vie précaires, des préjugés et des croyances qui ne sont rien à côté de la méconnaissance des règles d’hygiène élémentaires. Ces lacunes, peu à peu corrigées, permettront de réduire un taux de morbidité, encore élevé en 1906. Néanmoins, à ce jour, la Science n’a pas entièrement résolu l’énigme de cette suette picarde.

Apparition de la maladie en 1718

La suette picarde ou suette des Picards, ou « Picardy sweat » apparut en France, en 1718, elle prend parfois le qualificatif de suette miliaire, car elle s’accompagne d’une éruption cutanée de boutons, en forme de grains de millet. Sous sa forme bénigne elle dure 8 à 10 jours.
C’est dans le Vimeux puis dans le Beauvaisis que Louis Florent Bellot, médecin local, la décrit d’abord. Lauréat de la faculté de Paris, Bellot en donne toutes les caractéristiques dans sa thèse : « An febri putridae picardis suette dictae sudorifera ?» soutenue le 26 novembre 1733. Les principes énoncés seront repris par Rohault dans un mémoire en 1749.

Thèse de Bellot en 1733 (BIU-Santé*)

*licence ouverte

Canules de poires à lavements (BIU-Santé*)

*licence ouverte

L’épidémie dans l’Oise jusqu’à la Révolution

Le protocole de Bellot est entériné par Jean Baptiste Boyer, médecin ordinaire du roi Louis XV, inspecteur des hôpitaux militaires du royaume, docteur-régent de la faculté de Médecine de Paris. Il est envoyé à Beauvais, par ordre de sa Majesté le Roi Louis XV à trois reprises : 1747, 1750 et 1762. Ses mémoires sur le sujet font autorité. En juin 1791, quelques foyers infectieux signalés dans le Vexin sont assez préoccupants pour que l’Assemblée Constituante promulgue un décret « donnant les instructions sur le traitement de la fièvre miliaire qui est endémique dans l’Oise ».

Une épidémie gérée par la Préfecture et l’Académie de Médecine

Après quelques années de trêve, le suette réapparaît en 1821. Le docteur Rayer, membre de l’Académie de Médecine et de l’Académie des Sciences, fondateur de la Société de Biologie rapporte l’histoire de l’épidémie dans un livre volumineux (A. D .Oise. 1BSE 83) adressé au préfet de l’Oise.

Docteur Rayer (1793-1867)-[BIU-Santé*]

*image avec licence ouverte

Docteur Ménière (1799-1862)- [BIU-Santé*]

*image avec licence ouverte

On fera appel à Ménière, célèbre oto-rhino-laryngologiste, lorsque l’épidémie de suette miliaire se compliquera de choléra en 1833.

Enfin, en 1848, Louis Graves, secrétaire général de la Préfecture de l’Oise, dresse le bilan, sans complaisance, de l’épidémie dans le canton de Compiègne : « La suette […] est pour ainsi dire permanente dans le village de La Croix-Saint-Ouen et de Vieux-Moulin, sans toutefois qu’elle atteigne en même temps un grand nombre d’individus. Les fièvres intermittentes sont fréquentes à Janville, à Saint-Jean-aux-Bois et dans le village de Jaux […] Il est bien probable que ces calamités devaient leur intensité meurtrière à l’ignorance absolue de l’hygiène publique, à l’accumulation de la population dans des logements insalubres et surtout à la misère générale résultant des guerres qui désolèrent si longtemps le pays… » 

Auguste Hirsch (1817-1894) professeur d’histoire de la médicine, a répertorié 194 foyers de suette en France entre 1718 et 1879, localisés dans 55 départements sur 89.

A.D.Oise. MP 2322/4 (photo F. Lepage)

L’origine de la maladie encore mystérieuse en 2014

Dans la très sérieuse revue médicale Viruses , parue en janvier 2014, le docteur Paul Heyman (Hôpital militaire de la Reine Astrid, Bruxelles) pose la question, sans la résoudre, de l’existence d’un virus (groupe des Hantavirus) à l’origine de « English sweating sickness » et de la « Picardy sweat ». Ce parallèle reste encore d’actualité pour des maladies où la science ne peut identifier avec certitude ni vecteur ni mode d’infection.

Jean-Marie Gillardin, Francis Lepage et Alain Dennel